Sunday, January 17, 2021

2020: une année de manifestations

Must read


«Le peuple veut la chute du régime» était le slogan rendu célèbre par le printemps arabe. En 2011, ce que les gens voulaient, ils l’ont souvent obtenu, alors que les gouvernements autoritaires étaient renversés en Tunisie, en Égypte et en Libye.

La leçon de cette année-là ressemblait à celle apprise en Europe en 1989: si suffisamment de manifestants sortent dans la rue, ils peuvent devenir une force irrésistible de changement – bien que l’ordre politique qui émerge finalement ne reflète pas toujours les aspirations des manifestants.

En 2020, cependant, le pouvoir du peuple semblait moins une force imparable. Il y a eu beaucoup de manifestations populaires à travers le monde cette année, mais peu ont conduit à des victoires politiques claires pour les manifestants.

Un manifestant tient un éclair rouge, symbole des grévistes polonaises, alors qu’il se joint à une manifestation pro-choix à Varsovie © Wojtek Radwanski / AFP / Getty

Pourquoi les manifestations de rue pourraient-elles perdre leur pouvoir? Deux tendances semblent émerger. La première est que les gouvernements autoritaires s’améliorent en répression. Et dans le cas de mouvements de justice sociale à large assise tels que Black Lives Matter, des objectifs diffus rendent plus difficile la définition du succès.

A Hong Kong, le mouvement pro-démocratie qui, à son apogée, a amené des millions de personnes dans la rue a été écrasé par l’adoption d’une nouvelle loi sur la sécurité nationale élaborée à Pékin. Deux jeunes leaders de ce mouvement – Joshua Wong et Agnes Chow – ont été emprisonnés ce mois-ci. En Biélorussie, des mois de manifestations de masse après une élection imparfaite n’ont pas réussi à déloger Alexander Loukachenko à la présidence. En Thaïlande, le gouvernement soutenu par l’armée continue de résister aux demandes de réforme constitutionnelle.

Il y a eu des morts et des disparitions infligées à des manifestants en Biélorussie – mais, ailleurs, la répression officielle a évité la violence de masse dans les rues. Les troupes n’ont pas été déployées dans les rues de Hong Kong. Au lieu de cela, des manifestants ont été arrêtés et emprisonnés, les chefs de file étant suivis à l’aide des médias sociaux et des technologies de surveillance.

Des femmes vêtues de blanc manifestent contre les violences policières lors d’un rassemblement à Minsk accusant Alexander Lukashenko d’avoir falsifié l’élection de cette année © Sergei Gapon / AFP / Getty

L’environnement politique international est également important. En Égypte en 2011 ou aux Philippines en 1986, des autocrates parrainés par les États-Unis ont constaté que le soutien de Washington avait été retiré en réponse à la pression populaire. Mais en Biélorussie, la principale puissance extérieure est la Russie de Vladimir Poutine, qui a tout intérêt à voir échouer les mouvements de protestation de rue.

La Chine est la puissance souveraine de Hong Kong et l’armée thaïlandaise se tourne de plus en plus vers Pékin plutôt que vers Washington. Ironiquement, la Russie et la Chine – deux pays autrefois considérés comme les sponsors de la révolution mondiale – sont maintenant devenus profondément réactionnaires dans leur réponse aux mouvements populaires qui menacent le pouvoir établi.

En revanche, le mouvement Black Lives Matter contre l’injustice raciale et la brutalité policière était peut-être le plus grand mouvement de protestation sociale aux États-Unis depuis des décennies. Cela a amené des millions de personnes dans la rue: impressionnant, étant donné que BLM a eu lieu au milieu d’une pandémie.

Des étudiants thaïlandais, avec des rubans blancs dans les cheveux et aux poignets, manifestent devant le ministère de l’Éducation à Bangkok © Mladen Antonov / AFP / Getty

Mais un soutien généralisé au BLM ne s’est pas nécessairement traduit par un programme facilement réalisable. Les démocrates n’approuveraient pas une demande de «défund la police» lors des élections de 2020. Cependant, le mouvement a suscité une demande plus large de justice raciale dont les effets sont susceptibles de se manifester dans les entreprises et la société au cours de nombreuses années.

Voici quelques-uns des mouvements qui ont défini l’année:

États-Unis: Black Lives Matter réclame la justice raciale

Un policier prend le genou alors que des centaines de personnes manifestent près de la Maison Blanche contre la mort de George Floyd © Roberto Schmidt / AFP / Getty

L’assassinat par la police de George Floyd en mai a déclenché des manifestations à travers les États-Unis et dans le monde entier. La vidéo de Floyd, un homme noir de 46 ans, coincé pendant plus de huit minutes par un policier blanc à Minneapolis, Minnesota, est devenue virale.

Cela a suscité l’indignation dans les grandes villes américaines, ainsi que dans les petites villes et banlieues où les gens n’avaient pas protesté auparavant contre la violence policière. beaucoup.

La mort de Floyd a ravivé les tensions persistantes sur l’injustice raciale aux États-Unis et a insufflé une nouvelle vie au mouvement Black Lives Matter, qui a commencé après l’acquittement de George Zimmerman pour le meurtre de Trayvon Martin en 2012, un adolescent noir non armé.

Thaïlande: les étudiants marchent pour la réforme

Un manifestant repousse un cordon de police lors d’une manifestation anti-gouvernementale à Bangkok © Jorge Silva / Reuters

Les manifestations de la jeunesse thaïlandaise ont commencé après qu’un tribunal a interdit Future Forward, un parti d’opposition populaire, en février. La dissidence a été mise en ligne pendant le verrouillage à partir de mars, puis a refait surface à l’extérieur à partir de juillet.

Un mouvement de «Jeunesse Libre», s’inspirant de l’héritage des soulèvements démocratiques passés et de l’iconographie de la culture pop, exigeait la démission des anciens dirigeants de la junte, une nouvelle constitution et la fin du harcèlement des dissidents. Les étudiants radicaux ont alors fait des demandes auparavant indicibles pour la réforme de la monarchie.

Des partisans plus âgés se sont joints à nous, tout comme des écoliers. Mais les manifestants n’ont pas encore réussi à obtenir l’une de leurs revendications fondamentales. La police a ouvert lèse majesté (insulte royale) contre plus de deux douzaines de manifestants. Les étudiants s’y intéressent également et promettent plus d’action en 2021.

Biélorussie: l’élection défectueuse de Loukachenko

Des militants de l’opposition biélorusse résistent aux tentatives de la police de les détenir à Minsk © Stringer / EPA-EFE

Enragés par l’affirmation du dirigeant autoritaire M. Loukachenko d’avoir été réélu lors d’un vote profondément vicié en août, des dizaines de milliers de Biélorusses sont descendus dans les rues pour protester. Les plus grandes manifestations dans la capitale, Minsk, ont attiré jusqu’à 200 000 personnes – et pendant un bref instant, les opposants à M. Loukachenko ont espéré que son règne autocratique de 26 ans touchait à sa fin.

Mais les forces de sécurité de M. Loukachenko ont réagi sauvagement. Des dizaines de milliers de Bélarussiens ont été arrêtés, beaucoup ont été blessés et plusieurs sont morts. Au plus fort des manifestations, M. Poutine, le président russe, s’est engagé à soutenir M. Loukachenko. Combiné à la répression et aux conditions hivernales glaciales, M. Lukashenko a pu s’accrocher au pouvoir.

Des manifestations sont toujours en cours, bien que sous une forme décentralisée, ces dernières semaines pour rendre plus difficile pour les services de sécurité de les éradiquer. Les chefs de l’opposition espèrent que lorsque le temps s’améliorera au printemps, la température des manifestations augmentera également.

Pologne: opposition anti-avortement

Les manifestants allument des fusées éclairantes alors qu’ils participent à une manifestation pro-choix dans le centre de Varsovie © Wojtek Radwanski / AFP / Getty

Les manifestations pour les droits des femmes qui ont secoué la Pologne cet automne ont été déclenchées lorsqu’une décision du Tribunal constitutionnel a ouvert la voie au renforcement des lois sur l’avortement du pays – déjà parmi les plus strictes d’Europe -.

L’annonce a déclenché une réaction violente. Des centaines de milliers de Polonais sont descendus dans les rues des villes du pays. À la suite d’une énorme manifestation à Varsovie fin octobre qui a attiré environ 100 000 personnes, le gouvernement a reculé, empêchant la décision d’entrer en vigueur en refusant simplement de la publier.

Cette décision laisse les femmes polonaises dans l’incertitude. Les règles sur l’avortement n’ont pas été officiellement resserrées mais certains médecins hésitent désormais à pratiquer la procédure en raison de l’incertitude juridique qui l’entoure. Il y a aussi le risque que le gouvernement essaie à nouveau.

Hong Kong: répression de la loi chinoise sur la sécurité

Des policiers arrêtent un manifestant lors d’une manifestation en faveur de la démocratie à Hong Kong © Willie Siawillie Siau / SOPA / ZUMA / dpa

L’imposition par Pékin d’une loi sur la sécurité nationale à Hong Kong visait à éteindre le mouvement pro-démocratie de 2019 dans la ville. Bien qu’il ait partiellement atteint son objectif – les manifestations de rue ont été pratiquement écrasées – il a déclenché représailles internationales contre la Chine des États-Unis, du Royaume-Uni et d’autres, et a soulevé des questions sur l’avenir de l’État de droit dont dépend la place financière asiatique.

En vertu de la nouvelle loi, les crimes allant de la sécession à la subversion, au terrorisme et à la collusion avec des éléments étrangers sont passibles d’une peine d’emprisonnement à perpétuité.

Les critiques affirment que la formulation de la législation est vague et qu’elle viole les libertés politiques, civiles et juridiques garanties au territoire lors de son transfert du Royaume-Uni à la Chine en 1997. Le gouvernement a soutenu la loi en arrêtant des militants de haut niveau tout en forçant d’autres en exil.

Allemagne: manifestations anti-masque

Un sceptique du coronavirus portant un masque protecteur lisant les manifestations de la “ dictature ” contre les restrictions gouvernementales à Brême © Fabian Bimmer / Reuters

Ce qui a commencé au printemps dernier comme des manifestations décalées et dispersées contre la réglementation allemande sur les coronavirus est devenu un mouvement plus radicalisé. Certains manifestants insistent sur le fait qu’ils restent non violents et ont des inquiétudes légitimes sur la base juridique des mesures contre la pandémie. Mais ils se rallient aux côtés d’un large éventail de hippies, de néo-nazis et de théoriciens du complot.

La principale force organisatrice est un réseau qui se nomme «Querdenker», ou penseurs latéraux. Ils ont choqué le pays en août, lorsque des manifestants lors d’un grand rassemblement à Berlin ont tenté de prendre d’assaut le Reichstag. Beaucoup portaient des drapeaux du mouvement d’extrême droite Reichsbürger, qui rejette la légitimité de l’État allemand d’après-guerre.

Depuis, les manifestations sont devenues plus violentes. Plusieurs policiers ont été blessés lors de rassemblements à Leipzig et à Berlin. Un groupe parmi les manifestants a déconcerté les Allemands en se comparant aux victimes de l’Holocauste ou aux résistants nazis. Les agences de renseignement fédérales et étatiques ont émis des avertissements et mis certains des chapitres de Querdenker sous surveillance.

États-Unis: manifestations anti-lockdown

Les manifestants se rassemblent devant le manoir du gouverneur à St Paul, Minnesota, pour s’opposer aux mesures de verrouillage du coronavirus © Stephen Maturen / Getty

À partir d’avril, des milliers d’Américains dans plus d’une douzaine d’États ont participé à des manifestations contre les ordonnances de maintien au domicile des coronavirus qui avaient mis un terme à une grande partie de l’économie américaine.

Beaucoup de manifestants étaient des conservateurs «rouge rubis» qui se sont hérissés de ce qu’ils considéraient comme une portée excessive du gouvernement. Mais dans certains endroits, ils ont été rejoints par des modérés du milieu des affaires qui s’inquiétaient du fait que les mesures entraînaient la perte de leur emploi par des dizaines de millions de personnes. Des groupes extrémistes d’extrême droite, tels que le Garçons fiers, étaient des participants très visibles.

Certaines des plus grandes manifestations ont eu lieu dans l’État industriel du Midwest du Michigan, où la gouverneure démocrate Gretchen Whitmer a fait face à de vives critiques non seulement de ses électeurs républicains, mais aussi du président. En octobre, les procureurs fédéraux et locaux de l’État ont accusé 14 hommes de complot en vue de kidnapper Mme Whitmer dans le cadre d’un complot de la milice avant les élections américaines de novembre.

Liban: colère contre la corruption de l’État

Des manifestants enlèvent des barrières de béton bloquant l’entrée du parlement lors d’un rassemblement antigouvernemental à Beyrouth © Hasan Shaaban / Bloomberg

Le mouvement de protestation national libanais, qui a éclaté en octobre 2019, a renversé le gouvernement du Premier ministre Sa’ad Hariri en quelques semaines. Le renversement de toute la classe politique – jugée corrompue par les manifestants – semblait imminent.

Les manifestants sans chef ont été en grande partie chassés de la rue en 2020 par le coronavirus et les difficultés économiques. Mais l’explosion catastrophique du port en août, qui a tué environ 200 personnes et blessé des milliers de personnes, a fait revenir les manifestants.

Des milliers de personnes ont envahi la capitale, accusant l’incompétence et la négligence de l’État d’avoir permis à quelque 2 750 tonnes de produits chimiques explosifs de languir dans le centre de Beyrouth pendant six ans. Les forces de sécurité ont réprimé violemment, dissuadant finalement les manifestants. Ainsi fait un sentiment de futilité. Après la démission du gouvernement, le Parlement a finalement renvoyé l’ancien premier ministre, M. Hariri.

Reportages supplémentaires de Lauren Fedor à Washington, James Shotter à Varsovie, Nicolle Liu à Hong Kong, John Reed à Bangkok, Erika Solomon à Berlin et Chloe Cornish à Beyrouth

- Advertisement -

More articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -

Latest article