Saturday, January 23, 2021

United States Sets Grim Record With 4,327 Daily COVID Deaths Reported | News on the coronavirus pandemic

Must read


Daily COVID-19[feminine Le nombre de morts aux États-Unis a atteint un record de 4327 mardi, selon un décompte de l’Université Johns Hopkins, alors que l’administration Trump se déplaçait pour accélérer le déploiement des vaccinations à travers le pays.

Le nombre quotidien de morts aux États-Unis a d’abord dépassé les 4000 le 8 janvier, au milieu d’une augmentation marquée après une saison des vacances qui a vu de nombreux voyages.

Avec un total de 382 624 décès, les États-Unis ont le bilan le plus élevé au monde et ont également signalé le plus grand nombre d’infections, avec 22 959 610 cas confirmés de COVID-19, selon Johns Hopkins.

Dans un effort pour accélérer la distribution et l’administration des vaccins, l’administration Trump a publié mardi le reste des doses qu’elle gardait en réserve et a recommandé aux États d’ouvrir immédiatement les inoculations aux personnes âgées de 65 ans et plus.

Les responsables de la santé fédéraux et étatiques se sont précipités ces derniers jours pour intensifier les programmes de vaccination qui n’avaient donné des vaccins qu’à 9,3 millions d’Américains, car les infections à coronavirus restent à des niveaux records dans de nombreux États américains près de deux semaines après le début de la nouvelle année.

De nombreux États américains avaient mis en place des règles strictes donnant des coups de feu aux travailleurs de la santé et aux résidents des maisons de soins infirmiers en premier, disant aux «travailleurs non essentiels» qu’ils pourraient attendre des mois pour leur tour.

«Nous avons déjà distribué plus de vaccins que nous n’avons de travailleurs de la santé et de personnes dans les maisons de retraite», a déclaré le secrétaire américain à la Santé et aux Services sociaux, Alex Azar, à ABC News.

«Nous devons accéder à plus de canaux d’administration.»

Le suivi de la distribution par les Centers for Disease Control and Prevention mercredi a montré que 10 278 462 doses du vaccin avaient été administrées mercredi, sur un total de 29 380 125 doses distribuées.

Les États-Unis s’étaient fixé comme objectif d’administrer 20 millions de vaccins avant la fin de 2020.

Azar a déclaré que l’administration sortante, qui gardait les doses en réserve pour s’assurer que tous ceux qui ont reçu une première inoculation reçoivent leur deuxième injection dans les délais, était maintenant suffisamment confiante dans la chaîne d’approvisionnement pour libérer ce stock.

La semaine dernière, un porte-parole du président élu Joe Biden, qui prend ses fonctions le 20 janvier, a déclaré que la nouvelle administration libérerait davantage des doses réservées. L’équipe Biden a fait cette annonce après que huit gouverneurs des États démocrates aient écrit une lettre à l’administration Trump l’exhortant à publier des vaccins plus réservés.

Le rythme des vaccinations est passé à 700 000 par jour dans tout le pays et devrait atteindre un million par jour dans les 10 jours, ont indiqué des responsables.

«Le Michigan et les États du pays restent prêts à recevoir plus de coups de feu, c’est pourquoi la décision de l’administration Trump d’accéder à notre demande et de libérer des millions de doses de vaccin est si cruciale», a déclaré la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, dans un communiqué.

Whitmer, qui avait soutenu l’âge de vaccination inférieur, demande au gouvernement américain la permission d’acheter 100 000 doses de vaccin directement auprès du fabricant Pfizer.

Au milieu des critiques croissantes sur le déploiement du vaccin dans l’État de New York, le gouverneur Andrew Cuomo a annoncé la semaine dernière que New York permettrait à une plus grande partie du public de se faire vacciner, y compris toute personne de 75 ans ou plus, les enseignants et les premiers intervenants.

Cuomo a déclaré mardi que les vaccinations s’étendraient aux personnes de 65 ans et plus et aux personnes plus jeunes immunodéprimées.

«Je ne veux pas que les New-Yorkais pensent que nous ne faisons pas tout ce que nous pouvons pour les rendre éligibles au vaccin, car je veux garder les gens à New York aussi calmes que nous pouvons garder les gens en ces temps anxieux», a déclaré Cuomo lors d’une conférence téléphonique mardi avec des journalistes.

Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, prononce une allocution sur COVID-19 à l’église Riverside à Manhattan, New York, le 15 novembre 2020 [File: Andrew Kelly/Reuters]

California, the country’s most populous state, with some 40 million people, has become one of the main U.S. epicenter of the pandemic, despite the reimposition of some of the most stringent restrictions on social gatherings and business activities .

COVID-related deaths, seen as a “lagging indicator” in the trajectory of the pandemic, have risen steadily in California, passing the grim milestone of 30,000 to date, Reuters news agency reported.

California Secretary of Health and Human Services Dr Mark Ghaly said there were encouraging trends in an online briefing with reporters.

The number of newly hospitalized coronavirus patients statewide has fallen to 2,500 admissions every 24 hours in the past two days, from 3,500 in the previous days, Ghaly said.

He called it “the biggest signal to me that things are starting to flatten out and potentially get better.”

Ghaly cited several other promising trends, including a slowdown in the daily number of confirmed cases – 36,487 reported on Tuesday, from a weekly average of 42,000 cases per day – and a stabilization in the rate of diagnostic tests returning positive.

Additionally, a 5% increase in the number of COVID patients in hospitals over the past 14 days marked the lowest rate of increase in more than two months, Ghaly said.

He acknowledged that health officials were “absolutely” concerned about the spread of a more infectious variant of the coronavirus that has emerged in Britain and has been detected in the United States and other countries.

California has confirmed 38 cases of the so-called British variant since state medical authorities first detected it in San Diego County on December 30.

Ghaly said the latest wave of cases, while seemingly less severe than expected, have yet to peak because people infected during the holiday break could eventually end up in hospital, forcing them Californians to remain vigilant until vaccines become widely available.

“If you give COVID a thumbs up, it will take a mile,” Ghaly said.



- Advertisement -

More articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -

Latest article