Thursday, May 6, 2021

«Justice sociale et travail»: les Tunisiens se relèvent | Actualités des affaires et de l’économie

Must read


Ettadhamen, Tunisie – Dix ans après que les Tunisiens se sont soulevés contre la pauvreté et l’autocratie et ont chassé un dictateur, les manifestants réclament à nouveau les réformes sociales et économiques qui leur ont été promises.

«Nous sommes dans la rue parce que nous voulons la justice sociale et le travail», a expliqué Chabib d’Ettadhamen, un quartier ouvrier densément peuplé à la périphérie de la capitale Tunis et l’un des épicentres des récents troubles en Tunisie.

Chabib, 34 ans, est l’une des nombreuses personnes qui ont participé à des affrontements nocturnes avec les forces de sécurité dans des quartiers défavorisés de Tunis et de 15 autres villes du pays depuis samedi dernier. Son nom a été changé pour éviter les représailles de la police.

Les troubles, généralement présentés simplement comme «du vandalisme et du pillage» par le gouvernement, ont éclaté deux jours après le 10e anniversaire du soulèvement de 2011 qui a renversé le leader de longue date Zine El Abidine Ben Ali et au milieu d’un verrouillage de quatre jours imposé par les autorités, prétendument pour freiner Les infections au COVID-19, mais qui, selon de nombreux manifestants, visaient à empêcher les manifestations.

Les affrontements nocturnes ont vu des manifestants bombarder la police de pierres et brûler des pneus pour bloquer les rues, tandis que des informations font état de dégâts matériels et de pillages, ce qui a déclenché une réaction brutale des autorités tunisiennes.

La police a tiré des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser les jeunes la nuit, et la Garde nationale a été déployée dans plusieurs gouvernorats. Les organisations de la société civile affirment que les forces de sécurité arrêté quelque 1000 personnes, suscitant des manifestations pacifiques pendant la journée pour leur libération.

Des manifestants bloquent une rue lors d’affrontements avec les forces de sécurité à Ettadhamen le 17 janvier [File: Fethi Belaid/AFP]

L’instabilité politique

Si ce genre de troubles n’est pas le premier depuis la chute de Ben Ali, ces émeutes se déroulent dans un contexte sans précédent, a déclaré Michael Ayari, analyste senior d’International Crisis Group pour la Tunisie.

«Ce à quoi nous assistons actuellement est une crise multiforme résultant de vulnérabilités politiques et économiques en gestation depuis plus de deux décennies», a expliqué Fawaz Gerges, professeur de relations internationales et d’études contemporaines sur le Moyen-Orient à la London School of Economics.

Si le soulèvement de 2011 n’est pas responsable de cette crise, la nouvelle classe politique n’a lamentablement pas réussi à y faire face, a-t-il ajouté, et la gravité de la crise socio-économique accable désormais la sphère politique.

Dix ans après la révolution, la Tunisie a un système politique très dysfonctionnel, une économie brisée et une «classe politique qui se chamaille, petite, myope et hautement tribalisée», a poursuivi Gerges.

En moyenne, les cabinets n’ont pas duré plus d’un an depuis 2011, et trois se sont succédé l’an dernier seulement. Pendant ce temps, l’économie a plongé.

Les politiciens sont tellement occupés à se battre pour leur part du gâteau, a fait valoir Gerges, qu’ils ne semblent pas comprendre la gravité de la crise socio-économique qui frappe le pays.

«Ils ne se rendent pas compte que la Tunisie est en lambeaux, naviguant sur une mer agitée, et s’ils ne stabilisent pas le navire, tout le monde se noiera.

Les prochains jours vont être critiques, a-t-il prévenu. «Nous allons voir soit une plus grande mobilisation, soit une brève trêve. Mais de toute façon, les manifestations ne disparaissent pas.

Pour lui, une grande partie de ce qui va se passer maintenant dépend de la réponse du gouvernement et des forces de sécurité. À moins que les doléances légitimes des manifestants ne soient entendues et que les conditions structurelles qui ont donné lieu à cette crise ne soient abordées, la Tunisie est susceptible d’assister à davantage de manifestations.

‘Ce n’est pas une révolution’

Pourtant, jusqu’à présent, la réponse du gouvernement a été de minimiser les troubles tout en condamnant les affrontements nocturnes avec les forces de sécurité comme du vandalisme et de la petite délinquance, démontrant soit son refus de reconnaître le sens politique des manifestations et des émeutes, soit son imperméabilité à la crise socio-économique qui empire le pays. pays.

La réaction de Khemaies Younes, vice-gouverneur d’Ettadhamen, en est un bon exemple.

«Lorsque les jeunes manifestent, ils ont généralement des revendications claires. Mais cette fois, ils n’en ont pas – aucun », s’exclama-t-il incrédule.

«Ce que nous avons vu ici, ce n’est que du vandalisme et du pillage par une minorité de jeunes. Ce n’est pas une révolution », a-t-il dit, faisant écho à une déclaration faite par le porte-parole du ministère de l’Intérieur Khaled Hayouni plus tôt cette semaine.

Pressé par les motivations des manifestants, Younes a provisoirement ajouté: «Peut-être que les jeunes étaient frustrés parce que les cafés et les écoles ont fermé pendant le verrouillage. Ou peut-être est-ce parce que les célébrations de l’anniversaire de leur club de football ont dû être annulées. Il est vrai que nous avons quelques problèmes avec le chômage des jeunes à Ettadhamen, et je sais que nous avons eu des manifestations dans le passé en Tunisie à propos de problèmes sociaux et économiques, mais ce n’est pas ce qui se passe ici.

‘Malade et fatigué’

Mais en parlant aux manifestants, on entend une autre histoire.

«Nous voulons vivre dans la dignité et que les jeunes arrêtent de risquer leur vie en traversant la Méditerranée dans l’espoir d’une vie meilleure. Dix ans après la chute de Ben Ali, nous en avons assez de devoir demander les mêmes choses de base », a déclaré Chabib avec exaspération, faisant référence au slogan« liberté, travail et dignité »du soulèvement de 2011.

Chabib n’est pas le seul dans ce domaine. Selon une enquête auprès de 805 jeunes âgés de 18 à 30 ans dans quatre quartiers de Tunis publiée par l’ONG Forum tunisien des droits économiques et sociaux et Avocats sans frontières en novembre dernier, près des trois quarts ont le sentiment que leur voix n’est pas entendue dans leur pays, et près de 80% pensent que l’État ne répond pas à leurs besoins économiques.

Un autre 57 pour cent estiment qu’ils sont victimes de violence d’État.

Chabib a reconnu que «certaines choses se sont brisées la première nuit» des troubles, bien qu’il ait déclaré que lui et d’autres manifestants avaient décidé de revenir à des manifestations pacifiques dans la foulée.

«Mais la police a continué à tirer des gaz lacrymogènes, elle ne se soucie pas que cela asphyxie les bébés et les personnes âgées du quartier», a-t-il ajouté, dans un effort pour expliquer pourquoi les manifestations sont redevenues violentes. «Ils nous traitent avec tant de haine et de dédain.»

A 34 ans, Chabib est au chômage depuis des années, malgré un diplôme de technicien de réseau informatique. «Chaque fois que je postule pour un emploi, ils me disent que j’ai besoin d’expérience. Mais pour acquérir de l’expérience, j’ai besoin d’un emploi. C’est un piège 22. »

Selon les estimations de l’Organisation internationale du travail, plus d’un tiers des Tunisiens de moins de 25 ans étaient au chômage l’année dernière, et la pandémie COVID-19 n’a fait qu’exacerber la gravité de la crise économique et les souffrances des Tunisiens.

Des millions de personnes qui ont acclamé la révolution en 2011 ont depuis vu leur bien-être économique se détériorer, a déclaré Gerges.

«Les gouvernements successifs ont échoué lamentablement dans la lutte contre la pauvreté et le chômage, et dans l’offre d’opportunités et d’espoir. Ils ont omis de dire aux gens “il y aura du calme après la tempête, il y aura une nouvelle aube”. »

Dans un récent sondage, plus de 40 pour cent des jeunes tunisiens ont exprimé leur intérêt à quitter leur pays pour chercher une vie décente, a ajouté Gerges, une tendance amplement illustrée l’année dernière. En 2020, les autorités italiennes ont enregistré près de 13000 Tunisiens migrant irrégulièrement à travers la mer Méditerranée, marquant une multiplication par cinq par rapport à 2019 et faisant d’eux le plus grand groupe de ressortissants arrivant dans le pays cette année-là.

Promesses vides

À Ettadhamen, une zone longtemps négligée par le gouvernement, les verrouillages du COVID-19 ont frappé durement les gens. «Le gouvernement a dit qu’il nous aiderait, mais ce n’étaient que des promesses creuses. Je ne vois plus la moindre lueur d’espoir à l’horizon », a déclaré Chabib, ajoutant que la situation ne cessait de s’aggraver depuis plusieurs mois maintenant.

Les petits boulots précaires constituent la principale source de revenus pour la plupart des habitants d’Ettadhamen. En l’absence de filets de sécurité ou d’économies sur lesquelles se rabattre, le verrouillage imposé la semaine dernière par le gouvernement a été la goutte d’eau.

«Si vous nous enfermez à la maison, nous ne pouvons pas travailler et si nous ne pouvons pas travailler, nous ne pouvons pas manger», a déclaré Chabib. «Le gouvernement ne se soucie pas de nous. Pour eux, c’est comme si nous n’existions pas. Mais je les préviens, les citoyens affamés se lèvent et ils devraient craindre les gens affamés.

Le gouvernement ferait bien de tenir compte de l’avertissement de Chabib, a conseillé Gerges. En ne reconnaissant pas cette crise, les autorités ajoutent de l’huile sur le feu, a-t-il dit, ajoutant qu’à moins que le gouvernement ne rejoigne le peuple, les prochaines élections pourraient assister à un changement de fortune électorale.

Selon lui, si la classe politique tunisienne ne parvient pas à faire face à cette grave crise socio-économique, il y a un «réel danger» à moyen terme, le pays pourrait faire face à un retour à l’autoritarisme politique, comme d’autres l’ont fait dans la région.

«Un grand nombre de jeunes hommes et femmes en Tunisie se sentent privés de leurs droits, exclus, désespérés et oubliés. C’est un terreau fertile pour les forces politiques nostalgiques du régime répressif de Ben Ali.

Nostalgie de l’autoritarisme

Dans un rapport publié en novembre dernier par l’ONG Project on Middle East Democracy, Anne Wolf, chercheuse à l’université d’Oxford, a averti que la contre-révolution prenait de l’ampleur en Tunisie.

En effet, Abir Moussi, ancienne responsable du parti au pouvoir sous Ben Ali qui loue ouvertement l’ancien régime, est devenue l’une des politiciennes les plus influentes de Tunisie depuis son élection en 2019.

«À un moment où de larges pans de la société tunisienne se sentent désenchantés par le chômage persistant, l’impasse de la gouvernance et l’insécurité, la rhétorique populiste anti-révolutionnaire de Moussi gagne du terrain», indique le rapport.

Moussi instrumentalise les malheurs du pays pour embellir son projet politique et convaincre les Tunisiens que les libertés post-2011 et le manque d’autorité descendante sont à blâmer, a expliqué Gerges. «Elle essaie d’utiliser cette crise pour capturer l’État et ses institutions à travers les urnes, et son mouvement gagne du terrain», a-t-il déclaré.

Les forces de sécurité d’Ettadhamen affrontent des manifestants le 18 janvier [File: Fethi Belaid/AFP]

Pourtant, Gerges reste optimiste. «Je veux croire que les Tunisiens ne peuvent pas être dupés si facilement en échangeant leurs libertés nouvellement acquises contre un autoritarisme politique.»

À court terme, ce dont seront faits les prochains jours et semaines reste encore incertain, a déclaré Ayari. Si les troubles continuent dans les jours suivants, la police et la garde nationale pourraient être débordées et dépasser leur réponse, a-t-il prévenu.

Dans un tel scénario, il est également possible que l’armée intervienne comme elle l’a fait en 2011 pour séparer les forces de sécurité des émeutiers, a expliqué Ayari. En revanche, si les émeutes s’arrêtent, le dialogue national proposé en décembre par le principal syndicat et courtier du pouvoir politique UGTT pourrait être la meilleure solution, à condition qu’il soit suffisamment inclusif, a-t-il ajouté.

Pendant ce temps, la Tunisie reste dans l’œil de la tempête et stabiliser le navire sera un défi de taille.

«La crise est grave, la douleur est réelle, la classe politique est dysfonctionnelle et elle ne semble pas vouloir mettre de l’ordre dans sa propre maison», a déclaré Gerges.

S’il a déclaré que la mobilisation semblait légèrement en déclin, il a prévenu que la Tunisie allait probablement assister à davantage de manifestations. «Et si ce n’est pas la semaine prochaine, alors dans les prochains mois. C’est un marathon pas un sprint.”

Interrogé sur ce que l’avenir nous réserve, Chabib a déclaré que lui et ses collègues manifestants à Ettadhamen étaient prêts à poursuivre les manifestations jusqu’à ce que leurs voix soient entendues.

«Si seulement le gouvernement nous écoutait au lieu d’envoyer des convois de véhicules blindés et de gaz lacrymogène. Mais ils ont peur de ce que nous avons à dire », a-t-il expliqué. «Alors laissez-les entendre ceci: nous sommes ceux qui les ont votés et nous sommes ceux qui les retireront du pouvoir.»



- Advertisement -spot_img

More articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Latest article