Friday, May 14, 2021

De l’Égypte aux États-Unis: leçons pour les militants du printemps arabe | Nouvelles du printemps arabe

Must read


Nous nous tenions côte à côte sur les marches du Capitole de l’État de l’Iowa, nos corps bougeant à l’unisson alors que je guidais des centaines de personnes dans la prière d’Al-Maghrib – la prière du coucher du soleil. Nous étions réunis pour protester contre l’interdiction de voyager des musulmans du président Donald Trump.

Pendant que nous priions, j’ai attrapé le flash de lumières bleues et blanches du coin de l’œil, alors que plusieurs voitures de police arrivaient. J’ai senti mon corps se tendre instinctivement; J’ai été immédiatement ramené au souvenir de ma première manifestation dans les rues du Caire plusieurs années auparavant. En 2007, j’avais 21 ans, et au lieu de centaines, nous n’étions que sept jeunes qui protestaient contre le président d’alors Hosni Moubarak. Nos chants ont été largement ignorés par l’agitation de la ville autour de nous; personne ne l’a remarqué, à l’exception des policiers qui ont envahi et ont commencé à nous poursuivre. Finalement, un officier m’a plaqué au sol et a commencé à me donner des coups de pied avec ses bottes à bout d’acier.

C’était juste mon premier aperçu de la douleur infligée par les policiers égyptiens. Au cours des prochaines années, leur force mortelle toucherait directement ma vie, maintes et maintes fois. Cette nuit-là à Des Moines cependant, j’ai été choquée de constater que la police n’était pas là pour nous faire du mal mais pour nous protéger et protéger notre droit aux libertés fondamentales, alors que nous marchions dans les rues de la ville. C’était la première fois que je protestais contre un président et que je m’endormais dans mon propre lit la même nuit.

L’Esam dirige la prière musulmane sur les marches du Capitole de l’État de l’Iowa alors que les gens se rassemblent pour protester contre l’interdiction de voyager des musulmans du président Donald Trump en 2017 [Photo courtesy of Esam Boraey]

De la place à la salle d’audience

Mon voyage aux États-Unis n’a pas été simple ou facile. En 2007, j’ai eu mon premier emploi et avec lui est venu mon premier chèque de paie. Je suis retourné chez ma mère avec enthousiasme et lui ai proposé de lui acheter quelque chose avec mon argent nouvellement gagné. À ma grande surprise, elle m’a dit que le meilleur cadeau ne serait pas celui acheté dans un magasin, mais plutôt de se marier et de fonder une famille – elle avait déjà en tête la mariée parfaite.

Cette nuit-là, j’ai parlé à mes amis de mes nouveaux projets de mariage et j’ai rencontré une résistance instantanée. Ils m’ont dit que j’étais fou de faire des plans pour amener les enfants dans le monde chaotique dans lequel nous vivions. À cette époque, l’Égypte était confrontée à un chômage sans précédent, notre système de santé était en ruine et le système éducatif public s’était effondré. Mes amis m’ont dit qu’apporter une nouvelle vie à notre pays était soit ignorant, soit égoïste et que je ferais bien de l’éviter. Je me suis retrouvé à un carrefour – être seul pour le reste de ma vie, ne jamais me marier et fonder une famille, ou faire quelque chose pour changer mon pays pour le mieux.

J’ai passé les quatre années suivantes à bâtir une carrière dans le secteur international des droits de l’homme à étudier le développement de la démocratie dans le monde arabe et à nouer des contacts au sein de mouvements populaires en plein essor dans le cadre d’une stratégie plus large visant à conseiller les décideurs dans la région MENA et à l’étranger.

Le 25 janvier 2011, j’étais à nouveau dans les rues du Caire, mais cette fois, je protestais non seulement avec une poignée d’autres, comme auparavant, mais avec des dizaines de milliers de mes compatriotes et femmes. Nos chants de «Yuskut Hosni Moubarak, Yuskut, Yuskut Hosni Moubarak», signifiant «A bas Hosni Moubarak», ont fait écho à travers la place Tahrir. Les jours qui ont suivi ont été parmi les moments les plus inspirants et les plus émouvants de ma vie, mais aussi parmi les plus douloureux.

Alors que nous traversions le pont du Nil Qasr le 28 janvier, j’étais parmi les milliers de manifestants qui se sont soudainement retrouvés bloqués des deux côtés alors que la police et l’armée se déplaçaient de chaque côté du pont. Nous nous sommes retrouvés avec deux options: sauter dans le Nil en contrebas ou procéder directement vers les forces armées en face de nous. J’ai attrapé la main de l’homme debout à côté de moi et nous avons commencé à courir ensemble. Alors que nous approchions de la fin du pont, j’ai soudainement senti sa prise glisser de la mienne. Quand je suis retourné, j’ai vu que la police l’avait abattu. Je me suis agenouillé à côté de lui et me suis déplacé pour essayer de l’emmener hors du pont, mais il m’a rapidement arrêté et dans ses derniers mots m’a exhorté à continuer d’avancer en chuchotant: «J’ai perdu la vie pour cette cause, assurez-vous que ce n’était pas pour rien et promets-moi que tu continueras à te battre. À la fin des 18 jours que nous avons passés sur la place Tahrir, Moubarak a finalement été renversé, mais le moment était doux-amer alors que nous nous souvenions des centaines de compagnons de manifestants dont la vie avait été perdue.

Des manifestants anti-gouvernementaux manifestent près de la police anti-émeute sur la place Tahrir au Caire le 25 janvier 2011 [Amr Abdallah/Reuters]

Ce moment de notre histoire était spontané mais ce n’était pas un accident. Pendant des décennies, le régime de Moubarak a ignoré les signes d’échec dans le pays et a refusé d’adopter des stratégies pour améliorer la situation. Au lieu de cela, le président s’est concentré sur l’obtention de son pouvoir et le transmettre à son plus jeune fils après son départ. Il a dirigé les ressources du pays vers les services de sécurité où elles ont été utilisées pour maintenir son autorité. La situation en Égypte dans les années qui ont précédé la révolution a rendu inévitable un soulèvement de la part du peuple. Elle n’a jamais été dirigée par un individu ou une organisation, mais plutôt une mobilisation massive du peuple.

Dans les semaines précédant le 25 janvier, de jeunes Égyptiens ont utilisé les réseaux sociaux pour faire connaître les manifestations. L’espoir était de faire descendre un maximum de 10 000 personnes dans les rues pendant une seule journée pour essayer de plaider en faveur d’une réforme, principalement contre la brutalité policière. Cependant, les événements qui se sont déroulés le 25 janvier et la réaction violente du régime ont inspiré et encouragé davantage d’Égyptiens des villes du pays à descendre dans la rue pour les soutenir.

Après le renversement de Moubarak, le soutien aux libertés démocratiques et aux droits humains fondamentaux a atteint un niveau record. J’ai joint mes efforts pour cofonder le Parti Al-Dostour, le Parti de la Constitution, qui visait à défendre les principes révolutionnaires de justice, de liberté et de dignité humaine. Je travaillais également pour une organisation internationale sur le terrain pour soutenir une transition pacifique du pouvoir. J’ai même commencé à me préparer à me présenter aux élections législatives moi-même.

Mais à la fin de l’année, je me suis retrouvé dans une salle d’audience criminelle et finalement en exil. En décembre 2011, mon bureau à l’Institut républicain international a été perquisitionné et j’ai été arrêté avec plusieurs de mes collègues. Notre éventuel procès est devenu le «procès des ONG», 43 personnes ont été inculpées, dont au moins 15 Américains. J’ai été accusé et reconnu coupable de travailler pour une organisation de défense des droits de l’homme et d’avoir pris de l’argent d’un gouvernement étranger sous la forme de mon salaire et condamné à deux ans de prison. Mais avant d’être emmené en prison, j’ai pu fuir le pays et me retrouver à Washington, DC.

Les parallèles

Après avoir déménagé aux États-Unis, je me suis rapidement plongé dans la politique américaine et j’ai rapidement trouvé des parallèles entre la lutte pour la justice en Égypte et aux États-Unis. J’ai rejoint la campagne présidentielle de Bernie Sanders en 2015 et j’ai connu un autre mouvement populaire où un étranger contestait le statu quo existant. Tout comme les militants du mouvement du printemps arabe, Bernie a construit sa campagne en se concentrant sur les jeunes et les exclus. En tant qu’étranger, il a d’abord été ignoré par une grande partie des médias d’entreprise et s’est à son tour appuyé sur les médias sociaux pour s’engager et se connecter avec ses partisans. Il n’a jamais été en mesure d’obtenir l’investiture du Parti démocrate, mais néanmoins, ses politiques et ses plates-formes ont pris racine dans le parti et ont contribué à le déplacer radicalement vers la gauche. En tant que membre de son équipe, j’ai été témoin de la croissance de sa politique et de sa popularité au cours des dernières années.

Comme Bernie, les mouvements de jeunesse pour la démocratie au Moyen-Orient n’ont pas été en mesure d’atteindre leurs objectifs ultimes, mais ils ont clairement changé le visage de la région pour toujours. Le printemps arabe a inspiré des candidats politiques et des militants communautaires du monde entier. Les mouvements populaires comme Black Lives Matter ont de nombreux principes et techniques en commun avec leurs homologues du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Les deux mouvements ont été déclenchés spontanément dans de nombreuses communautés en réaction à la brutalité policière. Il y a même eu des cas où certains militants du BLM, comme les Dream Defenders, se sont rendus dans la région, en particulier en Palestine pour apprendre et élaborer des stratégies ensemble.

L’Esam célèbre son poste de directrice de campagne pour la sénatrice de l’État du Connecticut, Beth Bye, lors d’un parti de victoire électorale de mi-mandat 2018 [Photo courtesy of Esam Boraey]

Les dirigeants politiques américains de gauche et de droite ont souvent exprimé leur soutien au printemps arabe. En théorie, il s’aligne étroitement avec les principes des valeurs américaines et la poursuite de la liberté et de la démocratie. Cependant, leur suivi par des actions tangibles a souvent échoué. En tant que dirigeants mondiaux, ils sont obligés de formuler une politique étrangère pragmatique fondée sur les meilleurs intérêts de leur propre nation, ce qui tend à signifier qu’ils continuent à soutenir les dictateurs de la région malgré leurs terribles antécédents en matière de droits humains. Une fois, j’ai eu une discussion avec un haut fonctionnaire du gouvernement étroitement impliqué dans le processus décisionnel à Washington et il m’a dit qu’il était plus facile pour les États-Unis de traiter avec un dictateur à l’étranger qu’avec un groupe d’élus car négocier avec un homme fort est toujours plus facile, surtout avec le manque de responsabilité qu’un régime autoritaire a comparé à la responsabilité publique assurée par des administrations démocratiquement élues.

L’histoire nous apprend que rien n’est parfait. Le 7 mars 1965, des militants et des manifestants ont traversé le pont Edmund Pettus à Selma, Alabama, pour protester pour le droit de vote. Alors qu’ils ont été brutalement attaqués par la police, cette marche s’est soldée par une victoire significative de la communauté afro-américaine dans la bataille pour le droit de vote. C’était une situation parallèle en Égypte lorsque nous avons traversé Qasr El-Nile en 2011. Des décennies plus tard, les Afro-Américains se battent toujours pour leurs droits et luttent contre la discrimination et le racisme. Les militants égyptiens et autres militants du Moyen-Orient doivent apprendre qu’il faut du temps et de la persévérance pour gagner une guerre.

Martin Luther King, Jr et sa femme Coretta Scott King se tiennent aux côtés des manifestants à Selma, Alabama en 1965 alors qu’ils protestent pour le droit de vote [William Lovelace/Express/Getty Images]

J’espère encore

Dix ans après le printemps arabe, la situation n’est pas prometteuse, mais je reste optimiste.

Avec la Tunisie comme exception relative, aucune révolution n’a pu s’imposer à long terme. Les guerres civiles ont créé des crises humanitaires au Yémen, en Libye et en Syrie, entraînant une vague de réfugiés.

De nombreux autres pays, comme l’Égypte, ont été témoins du retour des anciens régimes, voire pire. La majeure partie de la région a connu un déclin des libertés fondamentales acquises après le printemps arabe. Par exemple, dans les années qui ont suivi la révolution en Égypte, la liberté d’expression a atteint un niveau record. Cependant, lorsque l’actuel président Abdel Fattah el-Sissi est arrivé au pouvoir en 2014, son régime a emprisonné des dizaines de journalistes – selon les estimations de l’Institut international de la presse à partir de 2020, une soixantaine de journalistes indépendants sont détenus derrière les barreaux. De plus, les organisations de défense des droits de l’homme du pays ont souffert d’une répression gouvernementale contre leur droit de s’organiser et de fonctionner.

De nombreux militants et organisateurs impliqués dans le mouvement ont été tués, emprisonnés ou exilés comme moi. La majorité de la région a préféré la sécurité et la stabilité à la démocratie. Mais j’ai encore de l’espoir.

Les membres exilés du mouvement construisent notre expérience, nos connaissances et notre éducation à l’étranger, et sont prêts lorsque l’occasion se présente de servir nos pays d’origine. Comme beaucoup d’autres membres de la diaspora, mon amour pour l’Égypte est sans limites et je ne cesserai jamais de croire en un avenir meilleur pour Om El-Donya, l’Égypte, ma patrie.



- Advertisement -spot_img

More articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Latest article