Friday, May 14, 2021

Qu’est-ce qui se cache derrière la violence renouvelée en RCA? | Opinions Actualités

Must read


Le 4 janvier, le président sortant de la République centrafricaine (RCA), Faustin-Archange Touadéra, a été réélu pour un deuxième mandat après que la commission électorale du pays a annoncé qu’il avait battu 16 autres candidats et recueilli 53,9% des voix, assez pour rendre un ruissellement inutile.

Les élections ont généré une recrudescence de la violence déclenchée à la suite du rejet par la Cour constitutionnelle de la candidature de l’ancien président François Bozizé le 3 décembre. La Cour a cité son manquement à l’exigence de «bonne moralité» de la Constitution en raison d’un mandat international et des sanctions de l’ONU à son encontre pour sa implication présumée dans des assassinats, des actes de torture et d’autres crimes pendant son mandat.

Suite à cette annonce, Bozizé a rejoint une coalition de groupes armés, la Coalition des patriotes pour le changement (PCC), dont certains faisaient autrefois partie de la coalition Séléka qui l’a renversé en 2013. Ils ont lancé des attaques contre plusieurs villes en dehors de Bangui dans un effort pour forcer le report des élections et lancer un nouveau cycle de pourparlers de paix.

Au cours du mois de décembre, des centaines de civils sont morts, 30 000 ont été contraints de fuir vers le Cameroun, le Tchad et la République démocratique du Congo voisins, tandis que 185 000 autres ont été déplacés à l’intérieur du pays. Trois soldats de la paix de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation (MINUSCA) ont perdu la vie dans la violence.

Pour aider à apaiser la violence, la RCA a demandé une assistance militaire supplémentaire au Rwanda et à la Russie. Tous deux ont envoyé des troupes et des fournitures à l’appui des Forces armées centrafricaines (FACA), tandis que la France a effectué des missions de survol dans les jours précédant les élections. Les procureurs centrafricains ont ouvert une enquête sur Bozizé, accusé d’avoir comploté le prétendu coup d’État.

La violence s’est encore aggravée depuis l’annonce de la victoire de Touadéra, la plupart de l’opposition appelant à l’annulation des résultats des élections, invoquant des irrégularités de vote et le fait que l’instabilité a empêché beaucoup de voter. Le 13 janvier, le PCC a lancé une attaque coordonnée à la périphérie de Bangui avant d’être repoussé par la MINUSCA dans des combats qui ont tué un soldat rwandais et plusieurs combattants du PCC.

L’élection, qui n’est que la deuxième de l’histoire du pays, était censée être une étape importante. Cependant, cette nouvelle vague de violence a mis à nu les profondes failles du processus de paix et menace d’annuler les progrès provisoires accomplis vers la stabilité depuis la signature de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en février 2019.

Si des mesures urgentes ne sont pas prises par les acteurs internationaux et régionaux pour remédier à la fois aux failles du processus de paix et à certains des moteurs structurels du conflit dans le pays, la RCA pourrait sombrer dans la guerre civile dans les mois à venir.

Un cycle de violence

Depuis son indépendance de la France en 1960, l’histoire politique de la RCA a été rythmée par un régime militaire, une rébellion et de multiples coups d’État sur fond de désintégration de l’État, de profonds clivages interethniques et de hauts niveaux de conflit intercommunautaire. La violence qui a été constatée avant, pendant et après les élections de décembre n’est pas unique, c’est simplement la dernière expression de ce conflit de longue date.

L’ancien président Bozizé a pris le pouvoir lors d’un coup d’État de 2003 avant d’être destitué en 2013 par la Séléka: une coalition de groupes armés à prédominance musulmane, dont au moins certains représentaient des communautés du nord de la RCA, historiquement privées de leurs droits politiques et économiques. À la suite de la rébellion, une association opposée de groupes d’autodéfense chrétiens et animistes locaux, les «Anti-balaka», s’est livrée à des attaques de représailles, qui ont dégénéré en un nettoyage ethnique de la population musulmane.

Au cours des années suivantes, le pays a été en proie à la violence malgré les efforts visant à rétablir la stabilité, notamment le déploiement d’une force de maintien de la paix de l’ONU de 12 800 hommes. Après une transition de deux ans menée par un gouvernement provisoire, la RCA est revenue à la démocratie constitutionnelle avec l’élection de Touadéra en février 2016.

Le nouveau président a continué de dialoguer avec les anciens groupes armés de la Séléka et des anti-balaka, qui s’étaient alors fragmentés et reconfigurés. En février 2019, l’Accord politique pour la paix et la réconciliation a été signé entre le gouvernement et les 14 principaux groupes armés du pays.

Malgré l’accord politique, ainsi que le déploiement des forces de maintien de la paix de la MINUSCA, le conflit s’est poursuivi. L’évaluation de l’accord politique par le Groupe d’experts des Nations Unies pour 2020 a fait état de centaines de violations et a noté l’échange continu d’accusations de non-respect des engagements tant par le gouvernement que par les groupes armés.

Depuis 2013, on estime que sur la population du pays d’environ cinq millions d’habitants, environ une personne sur cinq a été déplacée à l’intérieur ou à l’extérieur, créant ainsi le plus grand nombre de cas humanitaires par habitant au monde.

Gouvernance d’externalisation

Il existe un certain nombre de problèmes structurels qui maintiennent la RCA piégée dans un cycle de conflit et de sous-développement. De nombreux accords de paix n’ont pas réussi à répondre à ces réalités plus profondes, et certains ont parfois contribué à inciter ceux qui profitent de l’instabilité.

Comme l’a souligné Louisa Lombard, professeur d’anthropologie à l’Université de Yale, plutôt que de développer l’administration du gouvernement local, les autorités coloniales françaises ont loué les territoires de la RCA à des entreprises privées pour qu’elles fonctionnent à leur profit ou à leur perte et pour conclure des accords avec les tribus locales pour fournir du travail et de la sécurité .

Ce système a effectivement continué après l’indépendance, par lequel les élites politiques de Bangui ayant peu de capacité, d’expérience ou d’intérêt à étendre la gouvernance au-delà de la capitale, accordent des concessions minières à une gamme d’acteurs internationaux qui comptent sur des sociétés militaires privées (PMC) pour faciliter le transport. et la sécurité sans mettre en place un gouvernement local ou une infrastructure.

Les services de base sont pour la plupart sous-traités à l’ONU, à l’Union européenne et à des ONG internationales et en raison de multiples coups d’État, et en particulier des efforts de Bozizé pour réduire l’armée à une garde présidentielle]pour parer aux coups d’État, l’État n’a pas le monopole usage de la force sur la majeure partie de son territoire.

La sécurité a été privatisée de manière chaotique par les dirigeants locaux, les clans et les milices, laissant les communautés se débrouiller seules. Il a également fourni aux acteurs non étatiques de nombreuses opportunités de développer des entreprises criminelles afin d’exploiter les vastes ressources naturelles du pays.

Aujourd’hui, les groupes armés contrôlent la majeure partie du territoire en dehors de la capitale et il y a peu de contrat social entre le citoyen et l’État.

Militarisation de la politique et rétablissement de la paix

Dans un système politique fermé, composé d’une petite élite politique à Bangui, la violence est devenue une voie éprouvée vers le pouvoir. Les chefs rebelles circulent entre les groupes armés, qui servent à la fois de véhicule à des activités criminelles illicites et contribuent à leur garantir une place sur l’échiquier politique lorsque l’incitation à un chaos suffisant oblige le gouvernement à engager un dialogue politique.

L’État a l’habitude d’encourager ce comportement en cooptant des chefs rebelles pendant les règlements politiques dans l’intérêt de créer une paix temporaire, récompensant ainsi ceux qui gagnent leur vie en provoquant l’insécurité. La plupart des accords de paix importants depuis 1997 ont attribué des postes gouvernementaux à des chefs rebelles.

L’accord politique de 2019 n’était pas différent. Comme les accords de paix précédents, il a fourni aux dirigeants des groupes armés signataires des postes gouvernementaux. Par exemple, trois d’entre eux ont obtenu des postes de «conseillers militaires spéciaux» auprès du Premier ministre pour superviser la création d’Unités spéciales de sécurité mixte (USMS) composées de combattants de groupes armés et de forces d’État centrafricaines.

Après des désaccords concernant la rémunération et les titres des anciens combattants au sein des nouvelles unités de l’USMS, deux des trois conseillers militaires spéciaux – qui sont également les dirigeants des deux groupes armés les plus puissants du pays – ont démissionné, tandis que le troisième a utilisé son statut pour poursuivre les opérations de son pays. groupe armé et étendre son contrôle territorial.

L’élection du mois dernier était une tentative de faire avancer le pays vers un règlement politique plus ordonné, dans lequel les dirigeants représenteraient une base politique et bénéficieraient du soutien populaire pour exercer leurs fonctions. On ne peut plus dire que les groupes armés représentent les doléances des communautés et sont largement méprisés par les citoyens. Ils hésitent donc à se transformer en partis politiques légitimes et, en perturbant les élections, espèrent ramener la RCA dans un état où, en tant qu’entrepreneurs politico-militaires, ils pourront se trouver un siège à la table.

Un terrain de jeu pour les acteurs étrangers

Le grand nombre d’acteurs internationaux et régionaux qui ont des intérêts et de l’influence dans le pays ajoute de la complexité à la recherche d’une solution politique durable au conflit en RCA. Au cours des 10 dernières années, le Tchad, l’Angola et, plus récemment, le Soudan, ont tous accueilli des négociations politiques entre des groupes armés et le gouvernement centrafricain – chacun motivé par ses propres intérêts géostratégiques. Les frontières poreuses entre la RCA et ses voisins ont permis aux groupes ethniques d’avoir une forte allégeance culturelle et des liens économiques à l’extérieur du pays.

Ces dernières années, la Russie a intensifié ses efforts pour soutenir le gouvernement de Touadéra par le biais du groupe Wagner: une société de sécurité privée étroitement liée au Kremlin et souvent utilisée par l’État russe comme une force de substitution lorsqu’un déni plausible est nécessaire. Le chef du groupe Wagner en RCA a été nommé conseiller à la sécurité nationale, offre des services de protection personnelle au président Touadéra et assure une formation aux FACA.

Les intérêts russes en RCA semblent être à la fois financiers (accès aux diamants, à l’or et à d’autres contrats miniers) et faire partie de la stratégie plus large du pays en Afrique, visant à contrer l’influence américaine et à obtenir un plus grand soutien africain aux initiatives russes à l’ONU.

La France, qui a des liens historiques avec la RCA, et des intérêts économiques et sécuritaires contemporains dans le pays, continue de repousser l’influence russe. Avant les élections du mois dernier, des campagnes de désinformation rivales françaises et russes visant à influencer les internautes en RCA ont vu le jour.

Facebook a publié un communiqué disant qu’il avait suspendu plus de 100 comptes et pages pour «comportement inauthentique coordonné» lié à la RCA. Un réseau était lié à des «individus associés à l’armée française», tandis que deux autres avaient des liens à des «individus associés à des activités passées de l’Agence russe de recherche Internet» ainsi qu’à l’homme d’affaires russe Evgeny Prigozhin, chef du groupe Wagner.

Tracer la voie à suivre

L’escalade de l’insécurité en RCA appelle à un examen approfondi de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation afin de déterminer s’il reste une feuille de route pertinente pour la paix et la stabilité. Si les groupes armés continuent de refuser de se transformer en acteurs légitimes et peuvent simplement inciter à la violence comme moyen de manœuvre politique avec peu de répercussions, un processus politique négocié semble peu susceptible de fonctionner à long terme.

À tout le moins, la MINUSCA devrait être renforcée et son mandat révisé afin qu’elle puisse adopter une attitude plus agressive contre les groupes armés qui continuent d’agir comme des perturbateurs de la paix. Un effort plus concerté est également nécessaire pour former, équiper et étendre les forces armées de la RCA au point où l’autorité de l’État peut être réinstallée dans des régions plus larges du pays.

La communauté internationale doit également faire face au fait que sans un investissement important dans le développement économique de la RCA, le pays ne pourra peut-être jamais sortir du cycle des conflits et de la pauvreté. Cela exigera de la communauté internationale et des acteurs régionaux influents d’élever les intérêts de la RCA au-dessus des leurs et de travailler ensemble de manière transparente pour soutenir les efforts de paix durables.

L’Union africaine (UA) devrait utiliser les récentes élections en RCA comme une étude de cas pour développer une typologie des stratégies de désinformation en ligne et des contre-mesures, afin de contrer les futures tentatives d’acteurs étrangers d’influencer les élections africaines par le biais de campagnes de désinformation en ligne.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la position éditoriale d’Al Jazeera.



- Advertisement -spot_img

More articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Latest article